Entre deux confidences

Hiya mes loups!

Je vous retrouve dans un article spécial, car il s’agit de prévention et de confidences. C’est sur un sujet très douloureux pour moi.

Pour celles qui me suivent depuis les débuts, vous le savez, j’ai perdu mon papa lorsque j’avais huit ans.

Il est décédé du jour au lendemain d’un AVC (Accident Vasculaire Cérébral).

  • Qu’est-ce que c’est concrètement ?

L’AVC est une défaillance de la circulation du sang qui affecte une région plus ou moins importante dans le cerveau. Il survient à la suite de l’obstruction ou de la rupture d’un vaisseau sanguin et provoque la privation d’oxygène et des éléments nutritifs essentiels à la fonction des cellules nerveuses, qui finissent par causer leurs mort.

Il existe différents types d’AVC :

  • La thrombose cérébrale. Elle représente de 40 % à 50 % des cas. Elle se produit quand un caillot sanguin se forme dans une artère cérébrale.
  • L’embolie cérébrale. Elle représente environ 30 % des cas. Comme dans le cas de la thrombose, une artère cérébrale est bloquée. Cependant, ici, le caillot qui bloque l’artère s’est formé ailleurs et a été transporté par la circulation sanguine. Il provient souvent du cœur ou d’une artère carotide (situé dans le cou).
  • L’hémorragie cérébrale. Elle représente environ 20 % des cas, mais c’est la forme d’AVC la plus grave. Souvent causée par une hypertension de longue date, elle peut aussi résulter de la rupture d’une artère du cerveau, là où se situe un anévrisme.
    En plus de priver une partie du cerveau d’oxygène, l’hémorragie détruit d’autres cellules en exerçant de la pression sur les tissus. Elle peut se produire au centre ou à la périphérie du cerveau, tout juste sous l’enveloppe crânienne.
    Parmi les autres causes, plus rares, d’hémorragies cérébrales figurent les crises d’hypertension, une hémorragie dans une tumeur cérébrale et des problèmes de coagulation sanguine.

Mon père faisait partie de cette dernière, il fait partie de ces 20%.. Et.. Il est parti âgé de 36 ans.

Tous les médecins ne sont pas d’accord, donc ne pas prendre ceci trop à cœur, mais les symptômes peuvent être les suivants :

  • Étourdissements et perte soudaine d’équilibre
  • Engourdissements brusques, perte de sensibilité ou paralysie du visage, d’un bras, d’une jambe ou autre partie du corps.
  • Difficulté soudaine à s’exprimer ou à comprendre.
  • Perte soudaine de la vue ou une vision trouble dans un oeil
  • Mal de tête soudain, accompagné parfois de vomissements.

CE N’EST PAS PARCE QUE VOUS VIVEZ PARFOIS CES SYMPTÔMES QUE VOUS ALLEZ AVOIR UN AVC. (Vous pouvez juste être en carence de fer et/ou magnésium et/ou vitamines 😉 )

Cependant, si ces symptômes se répètent trop régulièrement, consulter votre médecin traitant, ou voir directement les urgences afin de faire les examens nécessaires.

  • Quelles sont les conséquences et les risques pour moi ?

« L’AVC est héréditaire, si la personne qui en décède est âgé de moins de 55 ans. Le style de vie a une influence, le stress, les insomnies par exemple peuvent augmenter la pression artérielle et donc le risque de survenu d’un accident vasculaire cérébral. C’est toujours chez l’aîné que l’on retrouve cette tragédie. » – paragraphe tiré d’un médecin sur le site de la Haute Autorité de Santé.

Je suis donc dans une position à risque, étant moi-même l’aînée de ma famille, mais si je vous écris aujourd’hui ce n’est pas pour recevoir de la pitié, c’est juste que j’avais besoin d’en parler, de me confier sur ce tragique accident qui pourrait arriver à n’importe qui.

On peut être sauvé d’un AVC, mais je n’ai pas suffisamment confiance en la médecine pour vous le confirmer à 100%.


[…]

Pourquoi ce besoin, pourquoi maintenant ?

J’ai ressenti ce besoin, car la date de son anniversaire approche à grand pas, et qu’il me manque chaque jour davantage. Et je pense que c’est quelque chose à connaitre, mais je comprendrais que cet article ne plaise pas à tout le monde, après tout il est totalement différent de d’habitude, et puis ce n’est que du blablah sur ma vie.

Faire le deuil a été très difficile pour moi, et je pense que l’on ne le fait jamais entièrement. Ce qui est sûr, c’est que vivre à Glasgow m’a permis une renaissance, j’ai pris des gamelles, puis je me suis relevée, et actuellement je suis en phase de reconstruction avec moi-même. Le chemin est long et parfois même périlleux, et je tombe encore, puis je me confronte à moi-même, je vais chercher la force au plus profond de moi me permettant de me relever. Je sais que rien ne sera acquis, il est plus facile de tomber que de se relever, cela demande davantage de force et de persistance. Mais je veux me donner les moyens de réussir ma vie malgré tout, malgré mon enfance volée, malgré ce manque éternel au fond de mon cœur.. Je veux le faire pour lui, car il serait fier de me voir avancer et non reculer. Alors même si actuellement je vois tout flou car ce que j’écris est vraiment difficile pour moi, je sais que cette idée d’écriture est l’une des clés pour guérir. Je me dois de sortir de cette dépression qui me hante depuis plusieurs années.

Je tente à présent de réaliser son rêve, que j’ai fais mien : voyager, faire le tour du Monde.

Cependant, j’ai des rechutes notamment dans les dates clés comme maintenant.. J’essaye au maximum de prendre du recul, mais je suis toujours la petite fille qui a perdu son papa.

Et le pire c’est le manque de photos, le manque de souvenirs, j’étais trop jeune, je me souviens encore mais j’ai peur que tout ceci s’efface avec le temps..

I ♥ you forever Daddy!

4 commentaires Ajoutez les votres
  1. Je n’osais pas te poser la question sur la disparition de ton père. Cet article m’a permis de répondre à mes questions et de te connaitre un peu plus allez en rentrant on te fait un gros câlin 😚

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *